Aujourd’hui, nous vous dévoilons les résultats de notre premier baromètre annuel. Cette étude a été réalisée sur un échantillon de 10 000 clients utilisant notre solution de protection de messagerie Protect. Cela représente plus d’1 million d’utilisateurs et 4,1 milliards d’emails analysés entre janvier et décembre 2022.

Les résultats de cette première étude annuelle nous confortent dans l’efficacité de notre travail et la nécessité pour les organisations de toute taille et de toute industrie de s’équiper de solutions de protection en cybersécurité. Ce baromètre met en lumière la forte proportion de cyberattaques et de spams qui polluent et menacent les entreprises et leurs collaborateurs. Il nous en apprend également davantage sur les pratiques et les habitudes des hackeurs, ce qui nous permettra de mieux former les collaborateurs aux risques cyber”, explique Thomas Kerjean, Directeur Général chez Mailinblack.

Dans les faits, ça donne quoi ?

2,5 % des emails reçus contiennent une cyberattaque

Notre étude démontre qu’en 2022, 2,5 % des emails analysés véhiculaient une cyberattaque, soit 102,5 millions de tentatives.

Parmi ces cyberattaques, nous avons identifié trois types de cyberattaques :

  • Le malware : cette attaque regroupe l’intégralité des logiciels malveillants pouvant s’infiltrer dans le système informatique (ransomware, botnet, cheval de Troie, etc.)
  • Le phishing : envoi massif d’emails usurpant l’identité d’une organisation de confiance, incitant des milliers de destinataires à cliquer sur une URL pour communiquer ses données (mots de passe, identifiants bancaires…)
  • Le spearphishing : envoi ciblé d’un email usurpant l’identité d’un employé stratégique connu du destinataire, incitant par exemple à effectuer des virements bancaires de manière urgente
À lire aussi :  Sécurité informatique : l'importance de sensibiliser ses collaborateurs

WeTransfer, Sharepoint et Dropbox, ont été les marques les plus usurpées en 2022

Grâce à notre technologie d’analyse de liens dans les emails, Secure Link, nous sommes parvenus à identifier les marques les plus usurpées par les hackeurs. Le podium se compose de WeTransfer (23 814 fois), Sharepoint (22 970 fois), Dropbox (10 877 fois), puis Amazon (3 317 fois) suivi de près par Chronopost (3 301 fois).

Un quart des emails reçus en 2022 étaient des spams

Le spam est un courrier électronique non désiré, envoyé massivement et souvent publicitaire, qui vient polluer votre boîte mail personnelle et/ou professionnelle.

Notre étude a démontré qu’en 2022, 25,7 % des emails reçus dans nos messageries électroniques étaient des spams, représentant plus d’un milliard d’emails.

Pour arriver à ces chiffres, nous avons distingué deux types de spams :

  • Malveillants (aussi appelés spams nocifs ou blackmail) : ils sont dangereux et non sollicités ; ils se repèrent généralement par une adresse IP, un domaine ou des mots clés dans l’objet jugés malveillants et représentent donc un risque pour l’organisation
  • Non productifs (aussi appelés spams nuisibles ou greymail) : ils sont improductifs, non sollicités, et viennent polluer la boîte mail, mais ne comportent pas de risque (publicités commerciales, emails automatiques)

L’impact positif de Mailinblack sur l’environnement

47 tonnes d’émission de CO2, c’est ce qui a été sauvé grâce à notre solution Protect durant ces 12 derniers mois.

Cela équivaut à 20 millions de km en TGV ou encore à 100 000 litres d’eau en bouteille. Impressionnant non ?

Ces résultats ont été possibles grâce à l’analyse des emails reçus par l’utilisateur. En effet, cela conduit les messages non désirés et potentiellement malveillants à leur placement en quarantaine. De plus, pour éviter l’accumulation de données inutiles, après 30 jours, les emails non récupérés sont automatiquement supprimés, réduisant ainsi les émissions de CO2 liées au stockage à long terme des emails.

À lire aussi :  Découvrez les tendances 2021 en cybersécurité !

Vous voulez en savoir plus ? Alors téléchargez la première édition de notre baromètre cyber !

Articles similaires